Pourquoi cultiver des fruits et légumes dans votre jardin ? – Guide d’information

De nos jours, l’attention que les gens portent à une alimentation saine a énormément augmenté. Cela a conduit à une intensification de la consommation de fruits et légumes.

Ainsi, je suis sûr que, si vous êtes venu sur ce blog, c’est parce que vous êtes désireux d’en savoir plus sur ce sujet et sur la façon dont vous pouvez cultiver vos propres fruits et légumes à partir de rien.

Vous trouverez ici les avantages de la culture de ces aliments dans votre jardin, quelques conseils à suivre et plusieurs caractéristiques des fruits et légumes les plus courants.

Avantages de la culture des fruits et légumes

Il vaut mieux être clair sur ce à quoi nous faisons référence lorsque nous parlons de fruits et de légumes, car ils sont soit l’ensemble, soit une partie comestible des plantes. D’un côté, les fruits contiennent des graines à l’intérieur, comme la papaye, la pomme, le melon, la pastèque, le fruit de la passion, etc. On trouve également des agrumes comme l’orange, le citron ou le citron vert.

Et, au contraire, dans les légumes, nous trouvons plusieurs espèces qui sont cultivées pour leurs feuilles, racines, fleurs et tiges. En ce qui concerne les feuilles, nous nous concentrons sur la laitue, les blettes, les épinards et le cresson ; quant aux fleurs, il y a le brocoli et le chou-fleur ; et les tiges comme le céleri.

En ce qui concerne les racines, nous trouvons les carottes, les radis et les betteraves, ainsi que les oignons et l’ail, qui sont classés dans la catégorie des bulbes. Il y a aussi ceux qui ont une forte teneur en amidon comme la pomme de terre, le manioc et la patate douce.

Certains aliments sont considérés comme des légumes mais sont botaniquement des fruits, comme la tomate, le concombre, le poivron, le potiron ou la courge et l’avocat. Ce groupe comprend également les plantes aromatiques et médicinales et les condiments comme le persil, le basilic, la menthe, la mélisse, l’origan et le romarin, entre autres.   

En cultivant vos propres aliments, vous contribuez également à la préservation de l’environnement, à la création d’espaces d’apprentissage – non seulement pour votre famille mais aussi pour votre communauté – et à une consommation alimentaire saine.

De nos jours, nous constatons que de nombreuses personnes choisissent de cultiver leurs propres aliments. Ils pratiquent cette activité sur leur terrasse, à l’intérieur de leur maison, dans les écoles pour que la communauté en profite également et même dans certaines universités.

Et ce, en raison des multiples avantages que la pratique de la culture, des fruits et des légumes, apporte.

  • Vous pouvez établir un lien avec la terre et la nature. Cela est considéré comme thérapeutique car cela vous aide à réduire les niveaux de stress, l’anxiété, la dépression et d’autres conditions.
  • Vous et votre famille, vos amis et vos connaissances pouvez acquérir de nouvelles connaissances concernant la croissance et la culture des fruits et légumes. En outre, ils seront encouragés à essayer de nouvelles choses.
  • C’est une activité qui permet de créer un lien non seulement avec la nature, mais aussi avec les personnes qui participent au jardin avec vous.
  • Les aliments qui arrivent sur le marché peuvent parfois contenir des polluants provenant de différentes sources. Cela peut affecter la santé de ceux que vous aimez. Par conséquent, en ayant votre propre jardin, vous vous assurez du bon état de vos aliments.
  • Le jardin exige un engagement et une responsabilité de la part de ceux qui en prennent soin. De cette manière, il encourage les plus jeunes à prendre des responsabilités et à apprendre le respect de l’agriculture.
  • En ayant votre propre jardin de fruits et légumes, vous vous assurez que les aliments sont toujours frais. En outre, vous pourrez les traiter avec des produits naturels tels que des insecticides maison, si nécessaire, et ainsi, la culture ne sera pas affectée par les effets secondaires des insecticides chimiques.
  • Vous aurez la possibilité d’économiser de l’argent avec votre récolte car parfois les fruits et légumes augmentent leurs prix sur les marchés.
  • Il est très important que vous évitiez d’utiliser du plastique. Les aliments sont parfois emballés dans des plastiques à usage unique qui polluent l’environnement.

Conseils pour la culture des fruits et légumes

Comme je l’ai mentionné au début, il arrive que les fruits et légumes soient contaminés par des micro-organismes ou des germes qu’ils ont acquis là où ils ont été cultivés, soit par manque d’hygiène, soit par les personnes chargées de la culture.

Ceci, en plus de l’aspect économique du jardinage à domicile, est une raison pour laquelle de nombreuses personnes choisissent d’acheter des aliments plus propres. Contracter des maladies d’origine alimentaire peut ne pas être très agréable.

Les personnes touchées par ces maladies peuvent présenter des symptômes tels que des maux d’estomac, des vomissements et des diarrhées. De plus, ils peuvent survenir environ 24 à 72 heures après avoir mangé l’aliment contaminé.

Comment ces contaminants atteignent-ils les cultures ? Plusieurs moyens contribuent à la contamination des aliments dans les champs de culture.

  • Mauvaises pratiques d’hygiène personnelle des travailleurs.
  • Présence d’excréments humains et animaux dans les cultures.
  • Utilisation de résidus fécaux mal éliminés.
  • Source d’eau contaminée.
  • Machines, outils et installations de stockage sales.

Pour éviter que les fruits et légumes ne soient affectés par l’un de ces agents contaminants, je vous donne 5 conseils.

  1. Adoptez une bonne hygiène personnelle : l’avez-vous les mains après être allé aux toilettes, avoir été en contact avec votre animal domestique ou après avoir changé votre bébé. Si vous avez des coupures ou des blessures, vous devez les couvrir avant de manipuler votre jardin. De même, changez régulièrement vos vêtements si vous passez beaucoup de temps dans le jardin, car ils peuvent également transmettre des micro-organismes aux fruits et légumes.
  2. Protégez le jardin des animaux : en effet, les excréments des animaux contaminent également les cultures. Il est donc préférable de les tenir à l’écart et même de l’eau que vous utilisez pour l’irrigation.
  3. Utilisez des engrais issus de fumier traité : comme vous le savez déjà, il existe plusieurs types d’engrais organiques que vous pouvez utiliser pour fertiliser le sol dans lequel vous plantez la culture afin qu’elle puisse se développer correctement. L’un de ces types d’engrais est le fumier, cependant, il doit être préalablement traité et adapté pour éviter de contaminer le jardin.
  4. Évaluez les sources d’eau pour l’irrigation : comme je l’ai mentionné, l’eau peut également contaminer vos fruits et légumes. C’est pourquoi vous devez vous assurer que l’eau n’a pas été en contact avec des matières fécales ou tout type de produit chimique qui pourrait altérer la culture et affecter le consommateur final.
  5. Veillez à la propreté des outils : chaque fois que vous utilisez des outils tels que des sécateurs, des râteaux, des pelles et autres, vous devez vous assurer qu’ils sont très propres avants et après leur utilisation. Vous devez les placer dans un endroit exempt de tout risque de contamination.

Fruits et légumes que vous pouvez cultiver dans votre jardin

Maintenant que vous savez pourquoi cultiver vos propres aliments est bénéfique pour vous et votre entourage, je veux vous parler de certains des fruits et légumes les plus courants que vous pouvez avoir dans votre jardin.

Fraises

C’est un fruit de couleur rouge vif, avec un arôme agréable et un effet laxatif dû aux fibres, acides, enzymes et pigments. Vous pouvez le consommer cru, en confiture, en compote, en jus, en smoothies, en glace, en yaourt, et autres.

Ce fruit doit être conservé au réfrigérateur ou dans un endroit frais, sombre et ventilé. Il n’est pas conseillé de congeler les fraises car, une fois décongelées, elles risquent de perdre de l’eau et n’auront donc pas une odeur ou un goût agréable. Il est conseillé de les laver avant de les consommer afin d’éliminer toute trace de saleté.

La plante porte le même nom que le fruit, elle est herbacée et ses feuilles ont des bords dentelés qui peuvent être poilus ou glabres. Il s’agit d’une plante vivace aux tiges petites et courtes.

Les fraises ne contiennent pas de graisse mais sont riches en vitamine C, en acide folique, en potassium et en fibres. La vitamine F est un antioxydant qui protège les gencives, la peau et les muscles et facilite l’absorption du fer.

Les fibres vous protègent des troubles du tube digestif et le potassium est bon pour les muscles et le système nerveux. Ainsi, grâce à toutes ses propriétés, la fraise est fortement recommandée à la consommation.

Comment cultiver des fraises ?

Vous pouvez le faire par les graines ou les stolons.

Reproduction des fraises par les graines

Si vous voulez utiliser les graines, vous pouvez les acquérir à partir du fruit lui-même, les graines sont ces petits points jaunes répartis sur toute la fraise. Pour les prendre, vous devez enlever la couche superficielle de la fraise qui les contient comme si vous l’épluchiez.

Une fois que vous avez fait cela, mettez les morceaux de fruits sur une assiette et laissez-les sécher près d’une fenêtre avec un bon éclairage. Après 4 jours, vous pouvez facilement retirer les graines de la pelure en passant délicatement votre doigt dessus.

Lorsque vous avez toutes les graines dont vous avez besoin, conservez-les dans un sac ou un récipient jusqu’à la bonne saison pour les semer, c’est-à-dire au printemps ou à la fin de l’été. Elles doivent être stockées dans un endroit sombre, frais et sec pour qu’elles se conservent.

Au moment de semer les graines, vous devez préparer tout ce dont vous avez besoin. Vous aurez besoin d’un lit de semence, de compost de turricules de vers avec de la perlite et de la vermiculite, et d’eau.

Versez le substrat dans le lit de semence en laissant un espace de 1 cm en haut pour semer les graines. Vous devez arroser suffisamment pour que le substrat devienne très humide ; la fraise bénéficie de cette condition.

Comme les graines sont très petites, saupoudrez-les uniformément sur le substrat. Ne vous limitez pas en quantité car toutes les graines ne parviennent pas toujours à germer. Enfin, recouvrez les graines d’une fine couche de substrat, elles ne doivent pas être recouvertes sur plus de 2 ml. Arrosez à nouveau pour humidifier le substrat et répétez l’opération tous les 4 ou 5 jours.

Comme les fraises ont besoin d’un environnement humide et chaud, vous pouvez créer une sorte de serre domestique faite d’une grande bouteille. Laissez-y le plant pour que cette serre lui apporte la température nécessaire de 18 à 20 °C (64 à 68 °F).

Attendez ensuite 4 à 5 semaines pour voir les premières pousses et ensuite, attendez encore un mois pour qu’elles grandissent suffisamment pour être transplantées dans des conteneurs individuels. La taille idéale sera de 4 à 5 cm.

Reproduction des fraises par stolons

Bien que le semis par graines soit une option, les stolons sont plus recommandés. Ces plans aériens donnent naissance à d’autres pousses à partir de leurs tiges qui travaillent à la propagation de la plante.

Vous pouvez les obtenir à partir d’une plante que vous avez déjà ou directement auprès d’une pépinière. Si vous les achetez, ils seront déjà livrés avec leurs racines respectives et il sera beaucoup plus facile de les cultiver. La première chose à faire est de préparer le substrat que vous allez utiliser.

Il doit être très riche en nutriments et bien drainé, vous pouvez donc utiliser des turricules de vers, de la perlite et des fibres de coco pour améliorer le drainage. Vous devez tout mélanger soigneusement pour que le tout soit uniforme.

Une fois le substrat prêt, procédez à la plantation des stolons. Cela peut être fait en mars ou à la fin de l’hiver. Les racines des fraises ne nécessitent pas une grande profondeur, donc 10 à 20 cm suffisent pour les planter.

Si le stolon a déjà des racines, il faut couper un peu les plus longues. La taille doit être la même que celle de la tige. Ouvrez un peu les racines pour qu’elles recouvrent la surface du substrat et semez jusqu’à ce que la tige soit au niveau de la surface.

Vous les placerez à 20 cm de distance et les recouvrirez avec le substrat. Enfin, arrosez le substrat pour le maintenir humide, la fréquence sera basée sur ce principe. Vous ne devez pas inonder la plante mais seulement humidifier le substrat.

C’est une plante qui n’a pas besoin de trop de lumière, vous pouvez donc la placer à mi-ombre ou à l’intérieur de votre maison.

Comment soigner les fraises

C’est au printemps que la plante commence à porter ses premiers fruits, bourgeons et fleurs, il est donc important d’appliquer un engrais riche en potassium. Arrosez tous les 4 ou 5 jours et enlevez les feuilles sèches. A cette époque, vous pouvez également commencer à consommer les premiers fruits de la fraise.

En été, la plante sera au maximum de sa croissance, formant des fruits et des stolons qui sont ceux qui aident la fraise à se reproduire plus rapidement. Vous pouvez aussi les couper près de la base pour que la plante ne se reproduise pas si vous ne le souhaitez pas.

L’arrosage en été se fait tous les 2 jours ou quotidiennement si les températures sont très élevées et que le substrat s’assèche.  Au début de cette période, vous pouvez appliquer un paillis de paille ou d’herbe sèche afin que les fruits ne pourrissent pas au contact du substrat.

En automne, la plante commence à arrêter sa croissance pour accumuler des réserves de nutriments dans ses racines et se préparer à l’hiver. A cette période, vous pouvez ajouter un peu de compost comme des turricules de vers de terre pour la soutenir. L’arrosage sera réduit car il peut y avoir des pluies qui apporteront à la plante l’eau dont elle a besoin.

Lorsque l’hiver arrive, la plante arrête complètement sa croissance comme une sorte d’hibernation. À ce stade, elle accumule des heures de froid à des températures inférieures à 7 °C, de cette façon elle produira une fructification et une végétation abondantes au printemps.

Vous pouvez récolter le fruit du printemps au début de l’automne. Vous devez le couper avec des ciseaux et un morceau de la tige pour ne pas endommager la plante. Lavez la fraise pour la consommer en toute confiance.

Comme elles peuvent aussi souffrir de parasites ou de maladies, vous devez être très attentif au fruit et aux feuilles. Les maladies telles que le botrytis (sur le fruit), la tache pourpre (sur les feuilles) et l’oïdium (sur les feuilles). Vous pouvez enlever les fruits et les feuilles atteints pour éviter la propagation, ou dans le cas de l’oïdium, utiliser un fongicide.  

Les autres parasites qui peuvent affecter cette plante sont : les araignées rouges, les chenilles, les escargots ou les limaces. On peut les éliminer en utilisant des insecticides faits maison.

Que peut-on préparer avec des fraises ?

Comme je l’ai déjà mentionné, vous pouvez consommer ce fruit de différentes manières. Cette fois, je vais vous montrer comment préparer un smoothie à la fraise. C’est pour 2 personnes et il vous faudra environ 15 minutes pour le préparer. Vous aurez besoin d’un blender et de deux verres ou tasses spéciales.

Les ingrédients sont les suivants

  • 500 g de fraises
  • 500 ml de lait
  • 4 boules de glace à la vanille
  • 3 cuillères de miel    

La préparation est très simple. Tout d’abord, vous devez laver soigneusement les fraises et enlever les feuilles sur le dessus. Ensuite, mélangez tous les ingrédients dans un mixeur jusqu’à ce qu’ils soient uniformes. Enfin, ajoutez le smoothie dans les verres et décorez avec quelques feuilles de menthe.

Pomme

La pomme est un fruit que l’on peut manger à tout moment de la journée, en plus d’être l’un des fruits les plus populaires au monde. La peau de la pomme peut être verte, rouge ou jaune et son goût peut être parfois très sucré ou acide.

Vous pouvez manger ce fruit en dessert, entre les repas, à l’école ou au travail. Il peut aussi être consommé en purée, en compote, en jus ou en confiture. Parce qu’elle contient des fibres, la pomme agit comme un régulateur de l’inconfort intestinal, en plus de favoriser les gencives et de blanchir les dents.

Elles ont une teneur élevée en eau et apportent des sels minéraux tels que le potassium, le calcium, le fer et le phosphore. Ils contiennent des vitamines A, B1, B2, B3, B6, C et E, et ont une faible teneur en protéines, en graisses et en sodium.

D’autre part, le pommier ne dépasse pas 10 m de hauteur, bien que l’on puisse trouver des arbres plus petits, ce qui facilite la culture. Ils offrent aux fruits un meilleur éclairage, ce qui améliore la qualité de la pomme.

Dans un environnement naturel, les pommiers peuvent vivre entre 60 et 80 ans ; cependant, à la maison, ils peuvent avoir une espérance de vie légèrement plus courte.

Comment faire pousser un pommier ?

La culture peut se faire de deux manières, soit par les graines, soit directement de l’arbre.

Reproduction du pommier par les graines

Il se peut que les graines ne germent pas et que cela retarde le processus de plantation ; cependant, vous pouvez utiliser la méthode de germination des graines.

Pour ce faire, vous devez extraire les graines centrales du fruit. Celles qui n’ont pas l’air très saines ou “charnues” doivent être exclues. Dans une serviette de cuisine, vous allez placer les graines en laissant un bon espace entre elles, puis les recouvrir de la même serviette.

Vous les garderez dans un récipient avec un couvercle et vous les humidifierez un peu, mais pas trop. Ensuite, laissez le récipient couvert avec les pépins au réfrigérateur, et non au congélateur, pendant 4 à 6 semaines. Le froid aide ces graines de pomme à germer. Il est important de vérifier s’ils manquent d’eau ou non, mais comme ils sont couverts, l’humidité reste.

Une fois le temps écoulé, vous vérifierez si les graines ont pris racine ou non. Si c’est le cas, procédez à leur semis dans la terre. Le substrat que vous utilisez doit contenir de bons nutriments et un bon drainage.

À l’aide d’un cure-dent ou d’un crayon, faites le trou dans lequel vous allez semer les graines. La profondeur du pot doit être importante, mais celle du trou dans lequel vous planterez la graine correspondra à la taille des racines ; ne recouvrez que peu la graine.

Lorsque vous avez déjà semé les graines, arrosez suffisamment pour humidifier le substrat. Les pommiers n’ont pas besoin de grandes quantités d’eau, vous devez arroser chaque fois que vous voyez la surface du substrat sécher.

Ce processus de germination peut se faire à l’intérieur, mais la graine doit recevoir un bon ensoleillement. Placez-la donc près d’une fenêtre où la lumière du soleil peut l’atteindre. Vous pouvez transplanter le pommier au printemps suivant.  

Pommier

Si vous préférez planter le pommier directement, vous pouvez également le faire. Il suffit de vous rendre dans votre pépinière locale et d’acheter l’arbre. Il sera déjà pourvu de racines et d’un tronc.

Vous devrez préparer le terrain pour le planter. Si vous le laissez dehors, vous devrez creuser un trou assez profond dans le sol, en fonction de la taille de l’arbre que vous avez acheté. Elle peut être de 20 à 50 cm.

À cette terre, ajoutez de l’humus de ver de terre et de la tourbe pour lui fournir les nutriments nécessaires. Pendant que vous préparez le sol, vous laisserez les racines de l’arbre immergées dans l’eau pendant environ 15 minutes afin qu’elles absorbent l’eau.

Une fois ce temps écoulé et le sol prêt, procédez à la plantation de l’arbre. La terre doit recouvrir les racines, mais pas le tronc, donc assurez-vous qu’il n’est pas recouvert. Enfin, avec l’eau que vous avez utilisée pour les racines, arrosez le substrat pour l’humidifier et stabiliser l’arbre.

Vous pouvez insérer un piquet à côté de l’arbre pour l’attacher et vous assurer qu’il pousse droit afin que le vent ne le renverse pas.

Comment prendre soin d’un pommier

Une fois que vous avez planté votre pommier, en pleine terre ou en pot, vous devez le laisser à la lumière directe du soleil pendant au moins 6 à 8 heures, à des températures de 18 à 24 °C (64 à 75 °F). Ainsi, il pourra mieux fleurir et porter des fruits.

Comme je l’ai dit, l’arrosage n’a pas besoin d’être excessif, il faut juste veiller à ce que le substrat ne se dessèche pas pendant longtemps, surtout en période de forte chaleur. L’arrosage se fera lorsque l’intensité du soleil aura baissé afin que l’eau ne s’évapore pas.

Évitez les arrosages excessifs en hiver pour éviter que le sol ne gèle car cette plante n’aime pas le froid. Il n’est pas nécessaire d’utiliser des engrais, si le sol a un pH adéquat il sera suffisant, ce que vous pouvez obtenir grâce au substrat. Mais si vous avez besoin d’engrais, il doit être de préférence organique.

Cette plante fleurit généralement entre avril et mai, et en juin et juillet, les fruits tendres sortent et doivent être protégés des oiseaux et des insectes. En août et octobre, vous pouvez récolter les fruits pour les consommer.

Que peut-on préparer avec des pommes ?

Comme je l’ai mentionné au début, il existe plusieurs recettes dans lesquelles vous pouvez inclure des pommes, elles apporteront à vos repas une touche délicieuse. Cette fois, je vais vous montrer comment préparer une tarte aux pommes pour 4 personnes.

Les ingrédients dont vous avez besoin sont :

  • 4 pommes
  • 2 cuillères à soupe de sucre et de cannelle
  • 5 ml de kirsch (liqueur de cerise)
  • 150 g de farine
  • 125 ml de bière
  • 2 œufs
  • Huile d’olive

Préparation :

Commencez par peler et évider les pommes, puis coupez-les en tranches rondes. Prenez le kirsch, le sucre et la cannelle et répartissez-les sur les tranches. Séparez ensuite les jaunes d’œufs, battez les blancs et mélangez-les avec le reste des ingrédients.

Vous tremperez les tranches de pommes dans le mélange, puis vous les ferez frire dans un peu d’huile d’olive ; vous les saupoudrerez d’une pincée de cannelle et de sucre. Enfin, servez les tranches chaudes avec de la crème à la vanille.

Laitue

C’est l’un des légumes les plus populaires cultivés pour ses grandes feuilles, qui peuvent se resserrer et former une sorte de choux compacts. Ses feuilles sont grandes et sont disposées les unes au-dessus des autres.

Elle peut être consommée crue en salade avec des tomates, des oignons et d’autres ingrédients. La grande variété de laitues a une teneur élevée en eau et peu de calories, ce qui les rend parfaites pour les régimes.

Elle fournit des vitamines A et C et peut également lutter contre la constipation et l’épuisement. C’est une plante diurétique et vermifuge, c’est-à-dire qu’elle élimine les vers intestinaux. La laitue est une plante annuelle avec peu de ramifications et une tige radiculaire.

Les feuilles peuvent être arrondies ou allongées avec des bords lisses, ondulés ou dentelés. Leur couleur peut être verte et rouge. La laitue est généralement récoltée au stade de l’épi, c’est-à-dire lorsque ses feuilles ne sont pas encore ouvertes.

Comment faire pousser de la laitue ?

Vous pouvez faire pousser la laitue à partir de graines ou de la base des tiges de laitue.

Reproduction de la laitue par graines

Pour les graines, vous devez utiliser des lits de semis. Ceux-ci peuvent être achetés dans les pépinières ou fabriqués à la maison à partir d’un Tétrapack. Ce qui importe, ce sont les trous de drainage.

Il est recommandé de préparer le lit de semence en lune descendante. Le mélange de substrat pour le semis des graines de laitue est composé de 40% de tourbe, 40% d’humus de vers de terre et 5% de vermiculite et de perlite. Cette dernière favorise le drainage de l’eau et la rétention des nutriments.

Une fois que vous avez bien mélangé le substrat, ajoutez-le au lit de semence et répartissez-le uniformément. Laissez environ 1 cm au niveau de la surface sans substrat pour placer les graines. Prenez-en une bonne quantité et répartissez-les sur le lit de semence pour finalement les recouvrir d’une fine couche de substrat.

Vous devez faire un premier arrosage généreux pour humidifier suffisamment le substrat. La laitue ne supporte pas les longues périodes de sécheresse, n’oubliez donc pas de l’arroser. Placez le lit de semence à un endroit où il reçoit la lumière directe du soleil. Lorsque la température est de 12 à 15 °C ou inférieure à 5 °C, vous pouvez placer votre plante dans une serre domestique pendant la nuit ou les saisons très froides.

Après 4 à 5 jours, les laitues vont germer, mais vous devez attendre un peu plus longtemps jusqu’à ce qu’elles poussent de vraies feuilles. Après cette période, il est nécessaire de cueillir la laitue pour pouvoir la transplanter à son emplacement définitif.

Ce processus est effectué lorsque les plantes ont trop grandi et que le lit de semis est trop petit pour elles. Cependant, même si elles sont transférées dans un récipient plus grand, ce ne sera pas le récipient définitif. Dans ce nouveau contenant, les plantes se développeront davantage et seront en bonne condition pour être transplantées.

Pour le repiquage, vous aurez besoin du même substrat que celui utilisé pour les semis, de récipients individuels et d’une fourchette. Extrayez la laitue avec la fourchette comme s’il s’agissait d’un morceau de gâteau. De cette façon, vous toucherez le moins possible les racines.

Une fois que vous avez extrait les laitues avec leurs racines respectives, jetez celles qui sont trop petites, ce processus s’appelle l’éclaircissage. Ensuite, ajoutez le mélange de substrat dans chaque récipient et faites un trou au milieu de l’épaisseur des racines. N’oubliez pas les trous de drainage dans le pot.

Semez la laitue, dans ce qu’on appelle aussi des semis individuels, en laissant la tige découverte. Arrosez suffisamment pour humidifier le substrat et le tasser. Après quelques semaines, lorsque la laitue aura un peu plus poussé, vous pourrez procéder à sa transplantation dans le lieu définitif.

La première chose à faire est de préparer le substrat dans le pot ou l’endroit où vous allez mettre la laitue. Il doit avoir un bon drainage et être riche en nutriments, donc un mélange de 40% d’humus de vers de terre serait parfait.

Transplantez les laitues que vous avez séparées dans des lits de semis individuels avec une distance d’au moins 20 ou 25 cm les uns des autres. Faites un trou dans le substrat en prenant comme référence la profondeur du récipient utilisé comme lit de semence. Il peut s’agir de petites coupelles.

Ensuite, sortez la laitue du lit de semis et semez-la dans le nouveau substrat. C’est l’une des cultures les plus recommandées pour commencer, car elle n’est pas très difficile à entretenir. De plus, c’est un légume qui se développe très rapidement, en 5 semaines au moins.

Reproduction de la laitue par tige

D’autre part, vous pouvez également reproduire des laitues sans graines. Pour cela, prenez une laitue que vous avez déjà récoltée ou achetée au supermarché et coupez la tige à deux doigts de la base de la laitue.

Enlevez les petites feuilles qui restent autour de la tige et mettez la tige dans un bol. Ajoutez un peu d’eau pour la couvrir à moitié et placez-la dans une fenêtre bien éclairée.

Veillez à ce que l’eau ne se dessèche pas par évaporation et si c’est le cas, ajoutez-en un peu plus. Vous pouvez faire cela en mai, et après 15 jours, vous verrez des germes et des racines.

À ce stade, vous pouvez planter la tige dans un sol contenant des turricules de vers et de la tourbe. Remplissez presque jusqu’au bord, et au centre faites un trou pour mettre la tige à deux doigts de profondeur.

Couvrez les espaces laissés par le trou pour que la tige et le substrat puissent se tasser. Arrosez abondamment, mais sans excès pour que la plante ne soit pas inondée. Placez la plante dans un endroit semi-ombragé où elle pourra se développer confortablement.

Comment prendre soin de la laitue ?

La laitue ne tolère pas les températures élevées, elle n’est donc pas plantée en été. Elle aime les climats frais et humides et les endroits semi-ombragés. De plus, comme cette plante ne tolère pas la sécheresse, vous devrez l’arroser fréquemment.

Lorsque la laitue devient plus grande et porte des bourgeons, vous pouvez ajouter un peu d’engrais riche en potassium. Ces plantes peuvent être affectées par les escargots et les oiseaux, mais vous pouvez protéger la culture par divers moyens.

Avec des insecticides faits maison, vous ferez fuir les escargots, et pour éviter les oiseaux, vous pouvez utiliser une bouteille en plastique. Vous la couperez aux deux extrémités et à l’intérieur, vous placerez la salade déjà plantée comme une sorte de dôme. Enterrez-la légèrement pour que le vent ne l’emporte pas.

Que peut-on préparer avec de la laitue ?

Vous pouvez créer plusieurs recettes délicieuses avec de la laitue, je veux donc vous montrer comment faire une salade d’avocat avec de la laitue. Celle-ci sera pour 4 personnes.

Les ingrédients dont vous avez besoin sont

  • 3 avocats
  • 2 oranges
  • 1 laitue
  • Sel
  • Huile d’olive
  • Citron
Préparation :

La première chose à faire est de nettoyer et de bien égoutter la laitue pour enlever les résidus de saleté. Ensuite, coupez les avocats en deux, et retirez le noyau central et la peau.

Pelez l’orange et séparez-la en segments. Ensuite, dans un saladier, versez les feuilles de laitue et ajoutez l’orange et l’avocat.

Enfin, parfumez la salade avec une vinaigrette composée d’oignon haché, d’huile d’olive, de quelques gouttes de jus de citron et de sel. 

Le céleri

C’est un légume dont la tige possède de très longues tiges charnues et succulentes. Le céleri peut être consommé cru, cuit, en sauce, en condiment, etc. En plus d’être comestible, c’est aussi une plante médicinale aux propriétés antioxydantes et aux effets diurétiques, entre autres.

Le céleri est une plante herbacée, dont la tige s’allonge pour atteindre 30 cm à 1 m de hauteur. Les feuilles sont la principale partie comestible de cette plante, elles sont grandes et poussent en forme de couronne.

La couleur des tiges peut varier du vert jaunâtre au vert foncé. La saveur des feuilles est intense, agréable et légèrement amère. La tige est beaucoup plus douce et croquante.

Comment cultiver le céleri ?

Vous pouvez cultiver le céleri par graines en utilisant des semis. Il ne faut pas les enterrer trop profondément car ils sont trop petits et risquent de ne pas germer. Le céleri ne supporte pas très bien le froid, vous devez donc le planter dans des climats tempérés à des températures de 15 à 20 °C (59 à 68 °F).

Pour les lits de semis, vous pouvez utiliser un substrat qui contient de la tourbe blonde, de la tourbe noire et de la perlite. Ajoutez 2 à 3 graines dans chaque section et saupoudrez un peu plus de substrat pour couvrir légèrement les graines.

Maintenez le substrat humide et laissez-y les graines jusqu’à ce qu’elles germent et deviennent suffisamment grandes pour être transplantées. Si de nombreuses graines germent dans le même espace, comme dans le cas de la laitue, vous pouvez appliquer la technique du repiquage.

Cela permettra à chaque plante de se développer individuellement dans des conditions optimales. Enfin, transplantez le céleri à son emplacement définitif, en séparant chaque plante d’environ 30 cm.

Le substrat que vous utilisez doit être meuble, léger, riche en matières organiques et bien drainé. Placez-le à mi-ombre pour qu’il se développe sans problème et fertilisez le sol avant de planter le céleri avec du compost de fumier et un engrais riche en azote.

Vous pouvez récolter le céleri la première année après sa croissance. N’oubliez pas de ne pas enlever une grande partie des feuilles ou les feuilles les plus jeunes afin de ne pas affecter la plante.

C’est une plante très exigeante en termes d’irrigation, elle a donc besoin d’une humidité constante sans excès pour éviter l’engorgement. La fréquence dépendra de la période de l’année dans laquelle vous vous trouvez ou du climat de la région dans laquelle vous vivez.

Pour vous assurer que votre plante ne manque pas d’eau, vous pouvez utiliser votre doigt pour l’enfoncer d’au moins 1 cm dans le sol. S’il ressort sec, vous devez arroser la culture, sinon, attendez le lendemain.

Vous devez contrôler constamment la plante pour éviter les parasites ou les maladies et, s’ils apparaissent, vous pouvez les traiter à temps pour ne pas perdre la récolte.

Si vous voulez cultiver du céleri en pot, les procédés sont les mêmes, mais le récipient ne doit pas avoir une capacité inférieure à 10 litres.

Que pouvez-vous préparer avec du céleri ?

Tout comme les aliments précédents, le céleri peut être préparé et consommé de différentes manières. Cette fois-ci, je vais vous parler d’une salade marocaine croquante pour 4 personnes.

Les ingrédients dont vous avez besoin sont :

  • 1 poivron rouge
  • 1 poivron vert
  • 1 oignon rouge
  • 1 poivron guindailla
  • 1 gros céleri
  • Une botte de persil frais
  • Une poignée de feuilles de menthe fraîche
  • 30 ml d’huile d’olive extra vierge
  • Jus de citron vert ou de citron
  • Poivre noir moulu
  • Sel
Préparation :

La première chose à faire est de laver et de bien sécher tous les légumes. Ensuite, hachez bien les poivrons, en éliminant les graines, l’oignon et le céleri, en épluchant les filaments si nécessaire.

Vous allez ouvrir la guindailla et retirer les graines, puis la hacher finement. Mélangez ensuite tous les légumes dans un grand bol, hachez le persil et la menthe et ajoutez-les au mélange.

Enfin, assaisonnez à votre goût avec du sel et du poivre et ajoutez l’huile d’olive et le jus de citron ou de lime fraîchement pressé. Servez et appréciez.

Maintenant que vous connaissez les avantages d’une alimentation saine, sautez le pas et commencez à cultiver vos propres fruits et légumes. Vous apprendrez beaucoup de chacun d’entre eux, et vous pouvez inclure votre famille, vos amis et les personnes de votre communauté dans le processus. Non seulement vous en tirez des bénéfices, mais vous contribuez également à la préservation de l’environnement et à la sécurité alimentaire. Ne restez pas à la traîne !

Compartir