Pourquoi utiliser du compost et de l’engrais dans votre jardin ?

Planter n’est pas seulement une question d’utiliser de la terre, des graines et de l’eau, d’autres soins doivent également être pris en compte. Parmi eux, l’utilisation de compost et d’engrais qui apportent à vos plantes les nutriments dont elles ont besoin.

Lorsque vous jardinez en pots, vous devez vous assurer que le sol contient tout ce qui est nécessaire au bon développement de vos plantes. Cela se produit naturellement dans le lieu d’origine de toute plante, car en se développant directement dans le sol, elles absorbent ce dont elles ont besoin.

Cependant, il arrive que nous n’ayons pas assez d’espace ou une zone appropriée pour planter sur le sol. Nous optons alors pour des pots, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter car il existe un moyen d’adapter le terreau afin que la plante puisse se développer comme elle le ferait naturellement.

Pour cette raison, je veux vous parler des engrais et des fumiers que nous pouvons trouver sur le marché et qui fonctionneront à merveille dans nos cultures. Dans ce blog, vous trouverez les types de fumiers et d’engrais qui existent, leurs avantages, comment les appliquer et quelques recommandations pour que vous puissiez les acheter en toute sécurité.

Importance des fumiers et des engrais pour les plantes

Les engrais et le compost fonctionnent tous deux et sont utilisés pour fournir au sol et aux plantes les nutriments nécessaires. La différence réside dans le fait que le fumier est constitué de composés organiques, comme le compost ou les turricules de vers, et que les engrais sont constitués de composés chimiques, comme les minéraux.

Dans leur habitat naturel, les plantes absorbent les micronutriments (calcium, fer, magnésium, zinc, entre autres) et les macronutriments (azote, phosphore et potassium) du sol par leurs racines. Mais lorsqu’une plante se trouve dans un pot, par exemple, elle ne pourra pas effectuer ce processus toute seule.

Vous devez lui apporter le compost ou l’engrais dont elle a besoin pour qu’elle puisse se développer sans problème. C’est pourquoi il est important que vous preniez en compte ce processus dans votre routine de soin des plantes.

Le compost et les engrais présentent plusieurs avantages pour les plantes, les personnes et l’environnement. Je vais vous les expliquer ci-dessous.

Pour créer du compost organique, vous pouvez utiliser tous les déchets organiques de votre maison tels que les pelures de fruits, les restes de légumes, les coquilles d’œufs, les feuilles séchées, etc. Ils contribuent à la valorisation des sols.

  • Ils contribuent à la récupération des sols dégradés.
  • Le compost et les engrais sont peu coûteux, ce qui les rend abordables.
  • Ils améliorent l’aération, la structure et la rétention d’eau du sol.
  • Ils apportent les éléments nutritifs nécessaires et permettent d’augmenter la production végétale.
  • Ils contribuent à la préservation de la santé du sol, des plantes et de la qualité de ce qui est consommé.
  • Les engrais, du fait de leur forte concentration en minéraux, sont utilisés en plus petites quantités. Ils ont des effets immédiats et sont facilement absorbés par les plantes.
  • Les engrais organiques favorisent la préservation de l’environnement car ils ne sont pas polluants.
  • Ils ont le potentiel de créer des espaces d’intégration afin que les personnes intéressées par les plantes et leurs soins puissent acquérir les connaissances nécessaires.

Types d’engrais

Comme je l’ai déjà mentionné, le but des fumiers et des engrais est de fournir au sol et aux plantes les éléments nutritifs nécessaires à leur développement. Cependant, il en existe deux types, les fumiers organiques et les engrais minéraux.

Fumiers organiques

Ils peuvent être composés de matières animales ou végétales. En outre, ils constituent une source importante d’éléments nutritifs pour les plantes et améliorent la structure, l’aération et la rétention d’humidité du sol.

Les engrais peuvent augmenter le potentiel de production du sol en améliorant ses propriétés physiques, chimiques et biologiques. Les engrais favorisent également le développement des racines des plantes afin qu’elles puissent mieux absorber les nutriments et ne s’affaiblissent pas.

Les engrais organiques peuvent être :

Tourbe

Il résulte de la décomposition des déchets organiques lorsqu’ils sont exposés à des températures élevées et à l’humidité. Cet élément peut être mélangé au substrat que vous allez utiliser, de cette manière le sol deviendra fertile et adapté à la culture.

Il existe 2 types de tourbe, la tourbe noire et la tourbe blonde. La première a moins de nutriments, mais un pH plus alcalin qui permet de neutraliser les acides du sol. La seconde a une meilleure capacité d’aération et de rétention d’eau mais son pH est plus faible, ce qui fait qu’elle ne convient pas à tous les types de cultures.

Fumier

Le fumier est le plus couramment utilisé dans les cultures agricoles et se compose principalement des matières fécales d’animaux tels que les porcs, les vaches, la volaille, les moutons, les lapins, les chèvres et les chevaux. Le fumier est utilisé en raison de sa teneur élevée en azote, en phosphore et en potassium, bien qu’elle puisse varier en fonction de l’alimentation des animaux.    

Il peut être mélangé à des matières végétales telles que la paille, le foin, l’herbe sèche, la litière pour chevaux ou moutons, etc. Riche en matière organique, il favorise la fertilisation des sols et améliore la rétention et l’absorption de l’eau.

Sa décomposition s’effectue grâce à l’oxygène reçu, pour cette raison, dans le cas où vous souhaitez composter avec du fumier, vous devez effectuer ce processus dans un espace large et ouvert.

Votre rôle sera de mélanger et de remuer constamment le fumier et le matériel végétal. En effet, lorsqu’il est compacté, le fumier génère des températures élevées et ce qui ne s’oxygène pas bien ne se décompose pas et ne fonctionne pas comme un engrais.

Vous ne devez pas l’ajouter directement à la culture, mais au sol et avant de semer les plantes. Ce délai peut être de 15 jours à un mois avant la culture. La dose recommandée de cet engrais est de 170 kg par hectare, ce qui évite les éventuels problèmes de contamination de l’eau.  

Humus de ver

Ce fumier résulte de la digestion des vers de terre lorsqu’ils sont incorporés au compost. Ils accélèrent le processus de décomposition de la matière organique et on obtient un fumier riche en nutriments, inodore et de qualité.

Il est également connu sous le nom de lombricompost et est l’un des plus recommandés pour les cultures maraîchères, les plantes aromatiques et les arbres fruitiers. Grâce à sa charge microbienne, les plantes ont plus de facilité à se développer et à absorber les minéraux dont elles ont besoin.

L’humus de vers est un fumier très recommandé pour la transplantation des plantes car il aide à prévenir les maladies, évite les blessures des plantes et facilite l’enracinement.

Vous pouvez le trouver dans les pépinières ou le fabriquer chez vous en ajoutant simplement les vers au compost de déchets organiques que vous avez déjà. 

Compost

Il est obtenu à la suite de la décomposition contrôlée d’éléments organiques, notamment végétaux. Il peut s’agir de feuilles, branches, fruits, fleurs, graines, coquillages, déchets de cuisine, sciure de bois, etc.

C’est l’un des produits les plus faciles à fabriquer à la maison, car nous n’avons besoin que des déchets. Ce qui est important, c’est de séparer les matières organiques des matières inorganiques. Dans notre blog sur comment commencer à planter son potager à la maison, nous expliquons étape par étape la création d’un compost maison.

Cependant, vous devez garder à l’esprit les points suivants afin que votre compost ne rencontre aucun problème.

  • L’oxygène : vous devez maintenir une aération suffisante pour que les micro-organismes puissent respirer et que le CO2 soit libéré. L’oxygène empêche le compost de se tasser et de se gorger d’eau. S’il n’y a pas une bonne aération, l’eau ne s’évapore pas et il y aura un excès d’humidité, ainsi que de mauvaises odeurs et de l’acidité.
  • L’humidité : c’est le meilleur allié des micro-organismes du compost car ils utilisent l’eau comme moyen de transport des nutriments et des éléments énergétiques. L’humidité idéale du compost doit se situer autour de 55%, vous pouvez la mesurer avec un hygromètre ou avec la première technique.

    Cette technique consiste à prendre une poignée de compost puis à ouvrir la main. Si la matière dégoutte de l’eau, il faut ajouter de la paille ou de la sciure de bois et remuer. S’il est meuble, il faut ajouter de l’eau. Idéalement, il doit être compact et ne pas laisser échapper d’eau.  
  • Température : la température peut varier en fonction du stade du compost. Au début, il a une température ambiante, puis il monte jusqu’à 65 °C et dans la phase finale, il revient à une température ambiante.

    Si la température descend trop bas, vous devrez ajouter des matières pour apporter de l’humidité, comme des restes de fruits ou de légumes. Mais si la température augmente trop, il faut remuer, vérifier l’humidité et ajouter des matières à forte teneur en carbone comme du bois ou de l’herbe sèche.
  • Le pH : il varie au fur et à mesure que le compost se développe. Au début, le pH s’acidifie en raison de la formation d’acides organiques. Ensuite, lorsque la température du compost augmente, le pH augmente également et devient alcalin. Enfin, lorsque le processus touche à sa fin, le pH retombe à un niveau neutre.

    L’échelle du pH s’étend de 0 à 14, où 7 est neutre, moins de 7 est acide et plus de 7 est alcalin. La fourchette optimale pour le compost se situe entre 5,8 et 7,2.

Engrais minéraux

Ces engrais sont dérivés d’éléments minéraux. Ces éléments sont utilisés par les plantes et le sol pour se nourrir et se développer correctement. Ces minéraux peuvent également être obtenus à partir d’engrais organiques, mais les engrais minéraux atteignent et agissent directement sur le sol et les plantes.

Comme je l’ai mentionné plus haut, les plantes ont besoin de micro et de macronutriments, dont je parlerai ensuite.

Micronutriments

Les micronutriments sont les éléments dont les plantes ont besoin en quantités minimales pour garantir leur croissance adéquate. Ils doivent être apportés au sol et à petites doses lorsque le sol ne peut les fournir lui-même.

  • Fer (Fe) : essentiel pour la production des cultures et des aliments.
  • Bore (B) : important pour la croissance et la synthèse des fruits.
  • Manganèse (Mn) : il contribue à activer les réactions métaboliques de la plante et intervient dans la photosynthèse.
  • Zinc (Zn) : il permet d’obtenir des rendements élevés.
  • Cuivre (Cu) : il active les enzymes des plantes et contribue à la synthèse des protéines.
  • Le chlore (Cl) : il aide à réguler les stomates, qui sont les pores ou ouvertures de la plante et qui sont nécessaires à la libération de l’humidité.
  • Molybdène (Mo) : il est nécessaire à la synthèse et à l’activité des stomates.

Macronutriments

Ces éléments sont nécessaires en plus grande quantité et doivent être apportés au sol lorsque celui-ci présente des carences en l’un d’entre eux.

  • L’azote (N) : il est indispensable à la bonne croissance des structures végétales telles que la tige, les feuilles, les pousses et les fruits.
  • Potassium (K) : il participe aux processus fondamentaux des plantes et facilite l’absorption de l’eau.
  • Phosphore (P) : il intervient dans la synthèse des racines et dans les tissus des plantes ligneuses.
  • Le soufre (S) : il intervient dans le processus de métabolisation de l’azote et du phosphore et a un rôle dans la synthèse de la chlorophylle et des graines. 
  • Calcium (Ca) : participe à la synthèse des tissus.

Le magnésium (Mg) : est le principal composant de la chlorophylle, qui donne aux plantes leur couleur verte.

Ces engrais peuvent être trouvés dans 2 types de composition. Les premiers sont des engrais simples basés sur l’utilisation d’un seul élément, soit N, P ou K. Et les seconds sont des engrais composés qui emploient 2 ou 3 éléments et sont connus sous le nom de NPK comme éléments principaux et les autres composés comme éléments secondaires.

Les quantités de chaque élément varient en fonction des besoins de la plante ou du sol que vous souhaitez satisfaire. Il est donc important que vous connaissiez leurs caractéristiques, car selon la saison, ils auront besoin d’une composition équilibrée ou non.

Formulation des engrais

Il existe 2 formes sous lesquelles on peut trouver des engrais. Sous forme liquide ou solide. Leur application dépendra de l’état du sol et des plantes.

Engrais solides

Les formats dans lesquels nous pouvons les trouver sont :

  • Poudre : elle est appliquée principalement dans les cultures traditionnelles et les cultures hydroponiques. Elles peuvent être diluées dans un peu d’eau ou appliquées directement sur la culture.
  • Granulés : ils peuvent être appliqués plus uniformément sur le sol pour apporter les nutriments nécessaires.
  • Macro-granulés : ce sont des granulés plus gros qui libèrent les nutriments un peu plus lentement.
  • Bâtonnets ou tablettes : ils sont placés près de la plante, sur le sol ou piqués dans le sol. Ils libèrent leur contenu progressivement.

Engrais liquides

Ce type d’engrais est appliqué directement sur la plante ou dilué dans l’eau. Leur composition est basée sur des éléments chimiques ou organiques. L’avantage de ces engrais est qu’ils agissent rapidement et efficacement et sont absorbés lorsqu’ils sont appliqués sur le sol ou sur les plantes.

Les formats que l’on peut trouver sont :

  • Les suspensions ou mélanges : sous cette forme, nous trouvons des engrais solides en poudre dispersés dans un milieu liquide, mais pas totalement dissous.
  • Solutions : c’est la forme la plus courante de ces engrais. Il s’agit de composants solides dissous de manière totale et homogène dans un liquide. Elles contiennent différents degrés de pH et la composition requise de nutriments minéraux.

Application des engrais

Il existe 3 façons d’appliquer l’engrais aux cultures et d’atteindre l’objectif souhaité. Ce sont :

Application au sol

Les engrais peuvent être appliqués à la surface de la culture manuellement ou à l’aide d’un outil. Il peut être appliqué en utilisant une technique focalisée et ne se trouver que dans les zones que vous souhaitez. Son application se fera avant le semis, pendant le semis ou après le semis, selon vos préférences. 

Application foliaire des engrais

L’engrais est appliqué sur le feuillage à l’aide d’un pulvérisateur d’engrais. Vous devez tenir compte du dosage et des conditions dans lesquelles vous appliquerez l’engrais pour éviter de brûler les feuilles.

Méthode d’application des engrais par fustigation

Il s’agit de mélanger l’engrais avec l’eau d’irrigation et de l’appliquer sur les plantes. Dans ce cas, vous pouvez utiliser un système tel que l’irrigation au goutte-à-goutte ou par aspersion.

Nous avons atteint la fin de ce blog sur les engrais, éléments très importants pour vos cultures. Nous espérons que les quelques recommandations que nous vous avons données vous aideront à choisir les bons produits avec plus de confiance.

Ne négligez pas vos plantes le fumier et les engrais dont elles ont besoin, rappelez-vous que c'est très important pour leur développement et leur croissance adéquats. De plus, ils aident le sol à se rétablir et à rester fertile pour les prochaines cultures.
Compartir